Advertisement

La loi Beckham offre aux expatriés la possibilité d’économiser de l’argent. Elle est également connue sous le nom de Régime fiscal spécial pour les expatriés (« SETR ») ou Régimen Especial para Trabajadores Desplazados. Connaître les règles pour profiter de cette loi vous permet de garder plus d’argent dans votre poche lors de la déclaration d’impôts. Dans cet article, nous verrons ce qu’il en est, quelles sont leurs conditions, ainsi que la manière de remplir une déclaration d’impôts dans le cadre de ces directives.

Qu’est-ce que la loi Beckham en Espagne?

Le décret royal 687/2005, populairement connu sous le nom de loi Beckham, est un régime fiscal spécial pour les expatriés. Il permet aux étrangers qui sont approuvés par les autorités fiscales espagnoles compétentes de payer un taux forfaitaire de 24% pour les revenus gagnés dans le pays.

Les expatriés qui relèvent de ce régime ne sont pas traités comme des résidents fiscaux dont le revenu mondial est imposé à un taux progressif de 19 % à 45 %.

Normalement, lorsque vous vous installez en Espagne pour travailler, vous devenez un résident fiscal et êtes soumis au taux normal applicable aux citoyens espagnols. Cependant, avec la loi Beckham, au lieu d’être imposé au taux de l’impôt sur le revenu des résidents, vous pouvez le payer en tant que non-résident.

Faites vos impôts plus rapidement et plus efficacement avec nos services fiscaux en Espagne

.

Beckham Law Spain

Types de résidences en Espagne

Pour mieux comprendre ce qu’implique la loi Beckham, nous abordons les différents types de résidences et d’impôts pour les travailleurs étrangers en Espagne.

Résidents en Espagne

Un résident en Espagne est une personne qui vit en Espagne de manière permanente. Cela signifie que ses principaux intérêts sont situés dans le pays, et non en dehors.

Comme mentionné précédemment, il existe plusieurs conditions qui peuvent amener quelqu’un à devenir résident fiscal et donc à être soumis au taux forfaitaire fixé pour les résidents espagnols :

  • Vous vivez en Espagne plus de 183 jours pendant l’année fiscale (qui va du 1er janvier au 31 décembre).
  • Vous vivez en Espagne moins de 183 jours, mais votre conjoint et vos enfants ou ceux de vos personnes à charge légales séjournent hors d’Espagne au moins 183 jours pendant l’année fiscale. Si vous êtes présent en Espagne pendant plus de 183 jours, mais que ce n’est pas le cas des membres de votre famille, vous serez un résident fiscal.
  • Votre centre d’intérêt économique est situé en Espagne. Cela signifie que la partie principale de vos activités et intérêts économiques est réalisée à l’intérieur de l’Espagne, indépendamment de votre présence physique ou de votre activité à l’étranger.

Incidences fiscales normales pour les résidents d’Espagne

Les résidents d’Espagne sont soumis aux mêmes impôts espagnols sur le revenu que les citoyens espagnols, cet impôt est connu sous le nom d’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP), ou Impuesto sobre la Renta de las Personas Físicas (IRPF).

Cet impôt est prélevé sur tous les revenus et gains en capital, qu’ils soient étrangers ou nationaux. Il s’agit d’un impôt progressif sur les revenus et les gains en capital avec une tranche d’imposition qui commence à 19 % et va jusqu’au taux marginal supérieur de 47 %.

Beckham tax spain

Non-résidents en Espagne

Un non-résident en Espagne est une personne qui ne réside pas en Espagne. La loi stipule que vous êtes considéré comme un non-résident en Espagne si l’une des conditions suivantes s’applique :

  1. Vous vivez hors du territoire espagnol plus de 183 jours pendant l’année fiscale (qui va du 1er janvier au 31 décembre).
  2. Vous vivez sur le territoire espagnol moins de 183 jours, mais votre conjoint et vos enfants ou ceux de vos dépendants légaux séjournent hors d’Espagne au moins 183 jours pendant l’année fiscale. Dans ce cas, ces membres de la famille sont également considérés comme des non-résidents.
  3. Votre centre d’intérêt économique est situé hors d’Espagne. Cela signifie que la partie principale de vos activités et intérêts économiques est réalisée hors d’Espagne, plutôt que dans un pays autre que l’Espagne.

Incidences fiscales normales pour les non-résidents d’Espagne

Les non-résidents d’Espagne ne sont tenus de payer l’impôt sur le revenu que sur leurs revenus provenant d’Espagne. Il est également connu sous le nom d’impôt sur le revenu des non-résidents (NRIT) ou Impuesto sobre la Renta de No Residentes (IRNR). En général, le taux d’imposition forfaitaire pour les non-résidents est de 24 %. Pour les citoyens de l’UE/AEA, le taux est de 19 %. Ils se verront appliquer un taux forfaitaire et fixe.

Résidents avec résidence fiscale de la loi Beckham

Lorsque vous êtes résident en Espagne, et que vous êtes approuvé pour la loi Beckham, vous serez considéré comme non-résident en Espagne. Cela signifie que vos revenus mondiaux ne sont pas soumis à l’impôt espagnol, mais uniquement ce que vous gagnez en Espagne.En d’autres termes,

  • Vous pouvez passer plus de 183 jours en Espagne sans avoir à payer d’impôts sur vos revenus mondiaux.
  • Vous ne paierez des impôts que sur vos revenus en Espagne
  • .

  • Vous ne paierez pas l’impôt progressif et plutôt un impôt forfaitaire de 24% jusqu’à 600.000 euros. Lorsque ce montant sera dépassé, vous paierez un taux fixe de 45%
  • .

Comme vous pouvez le lire, cette loi espagnole sur l’impôt sur le revenu est très intéressante pour les ressortissants étrangers qui devront travailler plus de 183 jours en Espagne. Avec la loi Beckham en Espagne, la charge fiscale peut être considérablement réduite.

Non-resident-tax

Quelles sont les conditions d’application de la loi Beckham?

Pour appliquer la loi Beckham, la personne ne doit pas avoir été résidente en Espagne pendant la période fiscale de 10 ans précédant l’année où elle s’installe dans le pays. En outre, le demandeur doit s’installer en Espagne pour des raisons professionnelles. Pour cette raison, vous êtes tenu d’avoir un contrat de travail où l’employeur est une entreprise espagnole.

Les autres critères que doivent remplir les expatriés qui veulent faire une demande sont les suivants :

  • Pour être admissible, le demandeur doit être un résident pour la première fois en Espagne.
  • Le demandeur doit avoir déménagé en Espagne pour accepter un contrat de travail.
  • Les responsabilités professionnelles doivent être exercées en Espagne, mais s’il est tenu d’exercer une partie de ses fonctions en dehors de l’Espagne, la proportion de ses revenus provenant de ces sources ne peut dépasser 15 %.
  • Dans les 6 mois suivant le début du contrat de travail, la demande doit être présentée.
  • L’accord est valable pour une durée totale de 6 ans.
  • Toutes les plus-values réalisées sur le territoire espagnol sont imposées à un taux de 35%.

Si vous souhaitez être administrateur d’une société espagnole, vous devez alors détenir une participation ne dépassant pas 25% de la société.

Demande de la loi Beckham

En ce qui concerne le processus de demande, la demande doit être soumise dans un délai de 6 mois à compter de la date d’inscription à la Sécurité sociale en tant que salarié de la société espagnole. Par conséquent, les demandes présentées après ces 6 mois sont rapidement refusées.

Le processus de demande commence par le remplissage et l’envoi du Modelo 149, qui informe l’agence fiscale espagnole de l’intention de bénéficier du régime fiscal. Les candidats ont besoin d’un passeport, numéro NIE et d’un numéro de sécurité sociale.

Modèle 151

Après avoir postulé via le Modelo 149, et avoir été accepté, la personne doit ensuite faire ses déclarations fiscales en remplissant et présentant le Modelo 151.

Advertisement
Beckham-Spain

Autres impôts et la loi Beckham

Outre le paiement de l’impôt sur le revenu, d’autres impôts doivent également être payés en Espagne. Nous abordons ci-dessous ces impôts et la manière dont la loi Beckham les affecte.

Gains en capital

Les gains en capital ne sont pas exonérés par la loi Beckham. Les gains en dividendes, y compris les bénéfices réalisés sur les ventes d’actifs mobiliers et immobiliers (biens), sont imposés à un taux fixe de 19 %. En tant que non-résident, vous êtes tenu de payer l’impôt sur le revenu en Espagne pour toutes les plus-values réalisées en dehors de l’Espagne. Les gains en capital réalisés en dehors de l’Espagne doivent toujours être versés à la nation correspondante selon leurs règles d’imposition.

L’impôt sur la fortune

Lorsque vous tombez sous le coup de la loi Beckham, vous ne devez payer l’impôt sur la fortune que sur vos biens situés en Espagne. Si vous tombiez sous le coup de la loi PIT, vous devriez alors payer des impôts sur vos biens situés dans le monde entier.

L’impôt sur la fortune est un impôt payé sur la valeur nette de vos actifs tels que les biens immobiliers, les actions, les comptes et les assurances-vie.

Les impôts locaux

Un résident au sens de la loi Beckham doit payer des impôts locaux. Par exemple, lorsque vous possédez une propriété en Espagne, vous pouvez être amené à payer des impôts fonciers locaux.

L’aide d’experts pour payer votre impôt sur le revenu

Si vous cherchez à déménager en Espagne, alors nous pouvons vous aider avec Conseils fiscaux en Espagne. Nous vous aiderons à décider ce qui vous convient le mieux en fonction de vos objectifs personnels et des exigences actuelles de la conformité espagnole. Si vous êtes éligible à la loi Beckham, nous vous guiderons tout au long du processus et décrirons toutes les étapes à considérer pour prendre des décisions plus éclairées.

D’où vient la loi Beckham?

Le footballeur britannique David Beckham a été l’un des premiers étrangers à bénéficier de ce décret, d’où le nom populaire de « loi Beckham ». Il était imposé en tant que non-résident lorsqu’il jouait pour le Real Madrid en Espagne.

La loi Beckham est, sans aucun doute, un avantage fiscal important en termes d’économies d’impôts. Elle a bénéficié à un groupe diversifié de personnes, dont des athlètes, des entrepreneurs étrangers et des expatriés fortunés. Essentiellement, elle permet aux étrangers non résidents de réaliser des investissements importants en Espagne tout en étant tenus de payer moins d’impôts que ne le ferait un résident. Le régime fiscal spécial est idéal pour les étrangers qui deviennent résidents fiscaux espagnols en raison d’une affectation en Espagne.

Disclaimer: Les informations figurant sur cette page peuvent être incomplètes ou périmées. En aucun cas, les informations énumérées ne doivent être considérées comme des conseils juridiques professionnels. Nous vous recommandons vivement de demander conseil à un expert juridique si vous n’avez pas de connaissances approfondies ou d’expérience en ce qui concerne l’une des procédures décrites dans ces articles.

Faites vos impôts plus rapidement et plus efficacement avec nos services fiscaux en Espagne

.

Click on a star to rate this post

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?