Advertisement

Dans cet article, nous abordons les aspects importants de l’impôt sur les successions en Espagne. Bien que nous abordions les points principaux, l’impôt sur les successions en Espagne et les lois associées sont une matière compliquée. Nous vous conseillons de vous adresser à l’un de nos avocats spécialisés dans les successions.

Qu’est-ce que l’impôt espagnol sur les successions?

L’impôt espagnol sur les successions est prélevé sur les biens et l’argent acquis par donation ou par héritage. En Espagne, vous paierez un impôt sur les successions et les donations compris entre 0% et 34%. Cet impôt espagnol doit être payé par la personne qui reçoit l’héritage et n’est pas taxé sur la succession elle-même. La personne qui reçoit l’héritage devra payer l’impôt. Par exemple, lorsque vous possédez des biens en Espagne, votre bénéficiaire est redevable de l’impôt espagnol sur les successions.

Taux d’impôt espagnol sur les successions

Les droits de succession en Espagne s’appliquent aux biens transférés entre conjoints, frères et sœurs et parents. Le gouvernement espagnol a mis en place un impôt progressif. Un impôt progressif signifie que vous payez plus d’impôt si vous héritez d’une somme plus importante. Vous trouverez ci-dessous un aperçu détaillé du taux :

Bien que le tableau ci-dessus vous donne une idée du montant à payer, il existe certaines exemptions. Le montant des droits de succession que vous devez payer peut diminuer grâce à certaines exemptions.

loi espagnole sur les successions des non-résidents

La loi sur les droits de succession en Espagne

La loi sur les droits de succession en Espagne peut différer des lois sur les droits de succession à l’étranger. Les points les plus importants sont :

  • En Espagne, comme il n’existe pas de concept de « succession » d’une personne, tous les bénéficiaires doivent payer des droits de succession sous une forme ou une autre.
  • La loi sur les successions stipule que deux tiers de vos biens seront automatiquement donnés à vos enfants.
  • L’impôt espagnol sur les successions est prélevé sur tous les actifs mondiaux et constitue un impôt sur les successions et les donations en un seul. Si les biens se trouvent hors d’Espagne et que le bénéficiaire ne réside pas en Espagne, aucun impôt n’est applicable.
  • Il existe un impôt régional sur les successions et un impôt étatique sur les successions, et le code civil espagnol prime si aucune règle régionale ne s’applique.
  • En Espagne, il existe des règles d’héritier forcé limitant la manière dont vous pouvez distribuer l’héritage.
  • La législation espagnole exige que le processus de succession soit conclu dans les six mois. Par conséquent, il est essentiel de contacter un avocat le plus tôt possible.

Bénéficiez de l’aide d’un professionnel pour votre héritage en Espagne

.

inheritance tax in spain

Les règles de succession forcée en Espagne

Si votre succession est traitée selon le droit successoral espagnol, les règles d’héritier forcé s’appliquent (Loi des héritiers obligatoires en Espagne). Comme indiqué précédemment, cela signifie que vous serez limité dans votre testament lors de la distribution de votre succession.

La loi des héritiers obligatoires

La loi sur les héritiers obligatoires en Espagne stipule que vos enfants ne sont pas les seuls à pouvoir recevoir votre héritage espagnol. De même, votre conjoint et les descendants de vos enfants doivent en obtenir une partie.

Bien que cette loi varie d’un territoire à l’autre, la loi des héritiers obligatoires en Espagne garantit généralement que 50 % de la succession reviennent au conjoint ou au partenaire enregistré, et que les 50 % restants iront à la succession. Ces 50 % seront ensuite divisés en trois parts égales.

  • La première partie ira à parts égales aux enfants survivants.
  • La deuxième partie ira aux enfants survivants, mais le défunt est libre de la distribuer comme il le souhaite. Le conjoint survivant conserve un intérêt viager dans cette partie de la succession, et les enfants n’héritent qu’après le décès du conjoint survivant.
  • La troisième partie de la succession sera librement distribuée de la manière qu’ils veulent.

Lorsqu’il y a une situation dans laquelle il n’y a pas d’enfants, alors le conjoint survivant peut réclamer les 50 % restants. S’il n’y a ni parents, ni enfants, ni conjoint, vous pouvez utiliser un testament pour laisser des biens à n’importe qui.

Vous ne pouvez pas donner plus d’un tiers de vos biens (un tiers) librement puisque vous devez mettre le reste de côté pour les héritiers requis.

inheritance tax in spain

Réduisez vos droits de succession en Espagne grâce aux exonérations.

Le droit successoral espagnol prévoit des exonérations pour le paiement des droits de succession, et celles-ci diffèrent en fonction du lien de parenté de l’héritier avec le défunt. Il existe une division entre les bénéficiaires en quatre catégories dans les successions espagnoles, et il existe également une exonération fiscale pour les personnes handicapées.

Groupe I

Dans ce groupe se trouvent les enfants âgés de moins de 21 ans. Ils bénéficieront d’une exonération fiscale pour les premiers 47 859 €, ce qui implique qu’aucun droit de succession ne devra être payé sur les premiers 47 859 €.

Groupe II

Dans ce groupe se trouvent les enfants de plus de 21 ans, les petits-enfants, les conjoints et les parents/grands-parents (y compris adoptifs). Ils ne doivent pas payer d’impôt sur les premiers 15 957 €.

Groupe III

Dans ce groupe tombent les frères et sœurs, les tantes, les oncles, les nièces, les neveux, les beaux-parents et leurs ascendants/descendants. Ils bénéficieront d’une exonération des droits de succession de 7 993 €.

Groupe IV

Dans le quatrième groupe se trouvent les cousins, les autres parents, les partenaires non mariés (sauf si la région l’autorise) et ceux qui n’ont aucun lien de parenté. Ces derniers ne bénéficieront d’aucune exonération des droits de succession.

Handicapés :

Les personnes handicapées reçoivent une allocation de 47 859 € ou de 50 253 €, en fonction de l’ampleur du handicap.

Chaque région espagnole est libre de modifier à tout moment les montants des abattements fiscaux pour ces catégories. Par conséquent, il est recommandé de contacter un avocat spécialisé dans les successions qui vous aidera à déterminer le montant des droits de succession espagnols que vous devez.

L’impôt sur les successions et la résidence

>
Tout bénéficiaire d’un legs est soumis aux droits de succession espagnols sur les biens acquis après le décès, ainsi que sur les donations à vie. Les résidents et les non-résidents sont soumis à l’impôt sur les successions, et depuis 2015, l’impôt est le même pour les résidents et les non-résidents.

Héritage d’un non-résident espagnol

En Espagne, les non-résidents doivent payer des droits de succession s’ils héritent de biens. En d’autres termes, bien qu’il ne soit pas résident fiscal espagnol, l’héritier doit payer des impôts s’il hérite de biens d’une personne décédée qui était résidente espagnole. Seuls les biens espagnols du défunt sont imposés, pas ses biens étrangers.

Héritage d’un résident espagnol

Si vous êtes résident espagnol, vous devez payer tous les frais de votre héritage dans l’État espagnol, qu’il provienne de biens situés sur le sol espagnol ou à l’étranger. Toutefois, si l’héritage a également été payé en dehors du pays, vous pouvez déduire ces taxes de vos droits de succession espagnols.

Inheritance tax spain

Créer un testament en Espagne

SpainDesk dispose d’une équipe d’avocats professionnels qui ont une expertise unique dans le traitement des questions juridiques liées aux droits de succession en Espagne. Nous pouvons vous conseiller dans la rédaction et l’exécution d’actes testamentaires. Il peut être difficile de trouver un avocat parlant anglais en Espagne, mais nous sommes là pour vous aider. Nos avocats et parajuristes peuvent être appelés à la demande du client pour faire un projet de testament. Nous avons une grande expérience du droit des successions en Espagne, ce qui nous permet de fournir des conseils clairs et sûrs. L’avocat SpainDesk aidera le client à réaliser les tâches administratives qu’il doit accomplir en tant que liquidateur ou fiduciaire.

Comment créer un testament?

Un testament est un document juridique indiquant comment vous souhaitez que vos biens soient distribués après votre décès. Il fournit également des instructions pour la prise en charge des enfants mineurs ou des personnes à charge qui dépendent financièrement de vous. Les testaments espagnols doivent être rédigés en espagnol par un avocat qualifié en espagnol. Certains avocats à l’étranger peuvent rédiger des testaments espagnols, mais il est préférable de faire appel à des cabinets d’avocats espagnols pour préparer des testaments espagnols. Les lois espagnoles sont différentes de celles de l’étranger, et il est préférable que votre notaire espagnol soit familier avec ces différences (y compris les droits de succession espagnols).

Une autre chose importante concernant votre testament espagnol est qu’il doit être signé par vous et au moins deux témoins qui sont des résidents espagnols (mais qui ne doivent pas nécessairement être des ressortissants espagnols).

Pour que votre testament soit légalement valable, vous devez

  1. Vous devez être âgé d’au moins 18 ans.
  2. Le faire vous-même si vous le souhaitez.
  3. Être sain d’esprit.
  4. Faites-le par écrit
  5. Signez-le en présence de deux témoins adultes, tous deux âgés de plus de 18 ans, puis datez-le.
  6. En présence de toutes les parties, faites-le signer par tout le monde.

Les processus gouvernementaux peuvent compliquer le processus d’héritage espagnol. Veuillez prendre contact avec SpainDesk pour obtenir des conseils professionnels, notre cabinet d’avocats a de l’expérience dans un large éventail de défis immobiliers, fiscaux et juridiques en Espagne.

Services d’un avocat spécialisé dans les testaments

L’assistance d’un avocat spécialisé dans les testaments est nécessaire pour vérifier la validité d’un testament. Par écrit, un testament mentionne les biens personnels de son auteur et souhaite transférer des biens à son décès. Il est du devoir d’un avocat de :

  1. Rédiger un testament légal
  2. Valider le testament en rédigeant des conditions informelles
  3. Mentionner le rapport de partage des biens
  4. .

Héritage en espagne

Les difficultés qui accompagnent l’héritage

Les difficultés liées à l’héritage comprennent les émotions, la dynamique familiale et le chagrin associé à la perte d’un être cher. Nos avocats ont une grande expertise dans tous les domaines de ces conflits. SpainDesk traite les conflits qui surviennent avant le décès, notamment

  • Les réclamations concernant l’utilisation des procurations
  • La validité des testaments et des plans de fiducie
  • Le transfert de biens communs
  • Les dons faits du vivant d’un donateur
  • Les demandes légales et la responsabilité envers les autorités gouvernementales

L’appui de notre avocat en droit des successions est essentiel pour faire respecter vos droits en garantissant la conformité du testament ou en le contestant en cas de litige.

Les héritiers peuvent contester un testament lorsque le formalisme ne peut pas suivre ou si ses stipulations les lèsent. Un testament déjà formulé peut également encore être modifié. Notre avocat doit demander la révocation judiciaire de ce testament contesté auprès du tribunal de grande instance.

Causes de nullité du testament

Des clauses testamentaires spécifiques peuvent être altérées lorsqu’elles sont illégales ou qu’elles portent préjudice aux héritiers. Il est donc nécessaire de s’assurer que vous respectez toutes les exigences lors de la rédaction du testament.

Spanish inheritance tax

Questions fréquemment posées

Vous trouverez ci-dessous les questions les plus fréquemment posées sur l’impôt espagnol sur les successions.

Qu’est-ce que l’impôt sur les successions ?

Les droits de succession sont imputés à votre droit de transférer des biens après votre décès. Il s’agit de la somme de tout ce que vous possédiez au moment de votre décès. Ce type d’impôt est calculé en fonction de la valeur nette de la personne décédée au moment de son décès.

Qu’est-ce qu’un impôt sur les successions?

L’impôt sur les successions, également appelé impôt sur les décès ou impôt sur les successions, est calculé en fonction de la personne qui obtient les biens de la personne décédée. Le pourcentage de l’impôt sur l’héritage/la succession est déterminé par la valeur actuelle de l’actif reçu par l’héritier/bénéficiaire et son lien réel avec le défunt. Dans certains cas, les héritiers sont exonérés des droits de succession, et parfois les taux sont considérablement réduits. Cependant, les parents éloignés ou les amis du défunt peuvent être soumis à un taux de droits de succession plus élevé.

Qu’est-ce qu’un impôt sur les donations?

Un impôt sur les cadeaux est un type d’impôt qui est prélevé sur le transfert d’objets de valeur. Comme le nom implique « cadeau », le destinataire ne peut pas payer au donateur la valeur totale du cadeau, mais il peut payer quelque chose de moins que cela. Dans le cadre d’un impôt sur les cadeaux, la personne qui remet le cadeau est tenue de payer des impôts.

Les droits de succession espagnols sont-ils déductibles ?

La déduction des droits de succession espagnols est un concept qui réduit l’obligation fiscale des membres de la famille qui reçoivent le transfert. Si la déduction fiscale s’applique, vous devrez prouver votre lien de parenté.

Qui est responsable de l’impôt espagnol sur les successions et les donations?

La personne qui reçoit un don ou une succession en Espagne est responsable de l’impôt espagnol sur les successions, sauf si une déduction spécifique de l’impôt espagnol sur les successions s’applique. Des exemptions de droits de succession espagnols peuvent s’appliquer si la personne recevant un don ou une succession en Espagne est un résident ou un ressortissant espagnol.

Les taux de l’impôt sur les donations et de l’impôt sur les successions sont-ils les mêmes ?

Oui, l’impôt sur les successions et l’impôt sur les donations sont du même taux.

Disclaimer: Les informations figurant sur cette page peuvent être incomplètes ou périmées. En aucun cas, les informations énumérées ne doivent être considérées comme des conseils juridiques professionnels. Nous vous recommandons vivement de demander conseil à un expert juridique si vous n’avez pas de connaissances approfondies ou d’expérience en ce qui concerne l’une des procédures décrites dans ces articles.

Bénéficiez de l’aide d’un professionnel pour votre héritage en Espagne

.

Click on a star to rate this post

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

SpainDesk
Héritage Pourcentage
Jusqu’à 7 993 €: 7,65%
7 993€ – 31 956€ 7,65 à 10,2%
31 956 € – 79 881 € 10.2 à 15.3%
79 881 € – 239 389 € 15,3 à 21,25%
239 389 € – 398 778 € 25,5%
398 778 € – 797 555 € 29.75%
€797,555+ 34%