Advertisement

Lorsque vous embauchez quelqu’un, vous devez faire très attention à ne pas engager « n’importe qui » pour éviter de tomber dans un contrat de travail illégal. Assurez-vous de consulter un avocat qui a une grande expérience de la réglementation du travail et qui vous fournira des informations sur les lois.

Les employés bénéficient de droits étendus, notamment le salaire minimum et le quatorzième. Ces paiements supplémentaires ont une longue tradition et sont utilisés pour couvrir les vacances de Noël et les longues vacances d’été. Les employés ont également droit à des congés payés d’un mois et de 14 jours (dont deux sont déterminés localement).

Quelles sont vos responsabilités en tant qu’employeur?

En tant qu’employeur, votre principale obligation financière est d’effectuer les paiements de sécurité sociale au nom de votre personnel. Chaque nouvel employé doit être enregistré auprès des autorités et la sécurité sociale dans son contrat doit être enregistrée auprès du Service national de l’emploi (I.N.E.M) dans un délai de dix jours. Pour inscrire un employé, vous devez fournir les documents originaux et des copies de son certificat N.I.E, de son passeport et le formulaire complet (T.A 2 / S). L’I.N.E.M. devra tout sceller et renvoyer deux exemplaires du contrat, dont l’un est destiné au travailleur et l’autre aux archives.

Lorsque vous avez quelqu’un sur la paye en Espagne, vous êtes responsable des déductions salariales mensuelles de l’employé pour l’impôt sur le revenu (généralement appelé impôt à la source). Vous devez fournir un « certificat fiscal » pour payer la facture (Withholding Certificate) qui indique tous les montants qui ont été payés par vous et vos employés, et qui fera la même déclaration.

Quel type de contrats sont valables en Espagne?

Le gouvernement espagnol fait des efforts notables pour promouvoir la stabilité de l’emploi. Les contrats à durée indéterminée, indéterminée ou temporaire (c’est-à-dire les contrats permanents / CDI) sont la règle et les contrats à durée déterminée (contrats temporaires) sont l’exception, par conséquent, ces derniers ne sont autorisés que dans certaines circonstances (décrites plus loin). Quel que soit le type de contrat utilisé, vous devez vous assurer qu’il répond aux exigences légales minimales en matière de droits des travailleurs, conformément à ce qui est stipulé dans le Statut des travailleurs, et vous devez obtenir l’avis d’un spécialiste en droit du travail, c’est-à-dire un conseiller du travail, afin de recommander la meilleure façon d’embaucher quelqu’un (légalement) en fonction de vos besoins.

  • Contrats temporaires ; Le droit du travail est pour de nombreux employeurs un écheveau embrouillé. Ils embauchent illégalement des personnes, en ignorant beaucoup de choses et en évitant le temps et le coût de tout faire correctement. Il existe des processus légaux qui permettent d’embaucher du personnel à temps partiel et sont les suivants : pour suivre une formation spécifique, la fourniture ou la réalisation d’un projet spécifique ou à court terme, pour répondre à des besoins spécifiques ou à des contrats de production, pour remplacer temporairement les employés (généralement en raison d’un congé de maternité, de maladie ou de retraite). Cette dernière raison est celle que les employeurs peuvent utiliser pour embaucher du personnel saisonnier.

La durée minimale et maximale des contrats à long terme dépend du type de contrat et du travail effectué par l’employé. Il existe des conventions collectives qui vous guideront en la matière. En général, la durée maximale est de six mois si le travailleur a un diplôme ou une licence et de deux mois s’il n’en a pas.

S’il s’agit d’un contrat visant à couvrir une charge de travail supplémentaire occasionnelle, une personne peut être engagée pour une durée maximale de six mois sur une période de 12 mois. Toutefois, le renouvellement ne peut être maintenu indéfiniment tout au long de l’année.

  • Contrats à durée indéterminée; Bien qu’il soit bon d’être très prudent lorsqu’on conclut un contrat à durée indéterminée avec un employé, tout est encouragé par le gouvernement espagnol. Si le personnel est embauché pour une durée déterminée, il existe différents types d’incitations financières, sous forme d’exonérations fiscales et de réductions des cotisations de sécurité sociale, en particulier s’il s’agit de personnes handicapées, de personnes inscrites au chômage depuis plus de six mois, de personnes sans emploi qui ont soit entre 16 et 30 ans (groupe dont le taux de chômage est particulièrement élevé en Espagne), soit plus de 45 ans et de femmes.

Vous devrez convenir, par écrit, d’une période d’essai, sans effort jusqu’à ce que l’employé ait atteint un bon niveau de travail, et bien comprendre ce qui est écrit dans le contrat au moment du renouvellement, sinon il sera pratiquement impossible de licencier quelqu’un et il y aura une forte possibilité de se retrouver face à une plainte pour licenciement abusif (qui sera certainement très coûteuse).

Tous les contrats doivent, selon la loi, être rédigés en espagnol, alors assurez-vous que votre conseiller prépare une traduction si vous ne parlez pas parfaitement l’espagnol. Deux exemplaires du contrat signé doivent être envoyés au service de l’emploi (I.N.E.M), où ils seront scellés et renvoyés plus tard, l’un ira à l’employé et l’autre aux archives.

Comment pouvez-vous mettre fin à la relation de travail?

Si vous voulez « mettre fin » au contrat d’un employé, vous devez le faire avec une extrême prudence et, comme toujours, suivre les conseils d’un professionnel compétent en droit du travail. Jusqu’à récemment, le droit du travail espagnol ne permettait pas le licenciement, sauf si l’employé n’était pas coupable du crime le plus odieux. Malgré cela, tout a commencé à changer légèrement sous la pression des organisations patronales, le licenciement reste strictement encadré, et en cas de litige, le tribunal est presque toujours en faveur de l’employé, laissant à l’employeur une sanction paralysante.

En général, il existe trois circonstances dans lesquelles un licenciement est autorisé :

  1. Motifs économiques ou organisationnels – C’est ce qu’on appelle communément le « renouvellement ». Selon l’employeur, licencier un ou plusieurs employés est le seul moyen de sauver l’entreprise d’une faillite certaine.
  2. Raisons objectives – font référence, par exemple, à l’inaptitude des employés, à l’incapacité de s’adapter aux changements technologiques, après une période d’essai raisonnable, et aux absences continues et non excusées
  3. .

  4. Raisons disciplinaires – comme leur nom l’indique, elles se réfèrent aux raisons des affaires disciplinaires, telles que l’insubordination ou la désobéissance, la violation grave et intentionnelle du devoir, la violence verbale et physique envers l’employeur ou sa famille, la trahison de la confiance de l’employeur, la diminution constante de l’indice des normes de travail et l’usage habituel de drogues ou d’alcool pendant les heures de travail qui affectent manifestement les performances.

Disclaimer: Les informations contenues dans cette page peuvent être incomplètes ou périmées. En aucun cas, les informations énumérées ne doivent être considérées comme des conseils juridiques professionnels. Nous vous recommandons vivement de demander conseil à un expert juridique si vous n’avez pas de connaissances approfondies ou d’expérience dans le traitement de l’une des procédures décrites dans ces articles.

Click on a star to rate this post

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?