Advertisement

L’impôt foncier en Espagne est la taxation des biens immobiliers, et c’est un impôt espagnol très courant. Vous devrez payer plusieurs taxes sur votre propriété, et en Espagne, tous les propriétaires sont tenus de payer ces taxes.

Vous devez demander un NIE (Número de Identificación de Extranjero) pour payer ces impôts, qui est votre numéro d’identification fiscale espagnol. Lorsque vous achetez une maison en Espagne, vous devez également disposer de ce numéro. Ce numéro vous identifie auprès des autorités espagnoles et est nécessaire pour payer les impôts.

Les impôts fonciers en Espagne pour les non-résidents

Vous êtes soumis à l’impôt sur le revenu (y compris l’impôt sur les plus-values), à l’impôt foncier annuel, à l’impôt sur la fortune et au droit de timbre si vous résidez en Espagne en tant que non-résident.

L’impôt sur le revenu espagnol

L’impôt sur le revenu des non-résidents est limité aux seuls revenus provenant d’Espagne. Un non-résident est toujours imposé à un taux forfaitaire de 19 % si vous venez d’Europe et de 24 % si vous venez d’ailleurs.

Lorsque vous louez une propriété en Espagne, vous devez payer l’impôt sur le revenu locatif. Les non-résidents ne doivent payer l’impôt sur le revenu que sur les revenus qu’ils obtiennent en Espagne uniquement.

Par ailleurs, lorsque vous vendez votre propriété, vous devez payer l’impôt sur les plus-values sur celle-ci. Vous le faites également via le formulaire de déclaration d’impôt sur le revenu. De cette manière, l’impôt sur les gains en capital inclut votre impôt sur le revenu.

Faites vos impôts plus rapidement et plus efficacement grâce à nos services fiscaux en Espagne

.

Taxe foncière annuelle

Lorsque vous ne louez pas votre propriété en Espagne et que vous l’utilisez à des fins personnelles, vous devrez également payer un impôt basé sur le pourcentage de la valeur de votre propriété. C’est ce qu’on appelle l’impôt IBI. À côté de l’impôt IBI, vous devrez payer un autre impôt qui est l’IRNR (Impuestos sobre la Renta de No Residentes).

Impôt IBI sur les biens immobiliers en Espagne

L' »Impuesto sobre Bienes Inmuebles », ou IBI, est l’impôt foncier annuel en Espagne. Cette taxe augmente chaque année en fonction de l’inflation. Le taux d’imposition pour chaque année se situe entre 0,4 % et 1,4 % de la valeur cadastrale de la propriété.

La valeur cadastrale est la valeur attribuée par les autorités espagnoles à votre propriété. Votre avocat spécialisé en immobilier pourra vous la fournir. Vous pouvez vous opposer à l’augmentation de la valeur cadastrale, afin de ne pas avoir à payer davantage au bureau des impôts espagnol, mais vous devrez fournir de bonnes raisons pour cela.

L’impôt foncier annuel de la municipalité est un impôt foncier local, et les taux d’imposition de l’IBI augmentent chaque année en fonction de l’inflation. N’oubliez pas que la valeur cadastrale pour des propriétés de même taille dans la même zone peut varier considérablement.

L’IBI tient également compte de votre numéro de référence cadastral, qui identifie votre propriété au bureau du cadastre, en plus de la valeur imposable de votre maison (valeur cadastrale). Cela peut être crucial lors de l’achat et de la vente de propriétés, car la description physique sur le titre de propriété ne correspond pas à celle sur papier.

En général, la facture de l’IBI vous est envoyée, ou vous pouvez la payer en ligne. Votre bureau local des impôts (SUMA) s’occupera des paiements de l’IBI.

Impôt IRNR sur les biens immobiliers en Espagne

Cet impôt est destiné aux non-résidents qui possèdent des biens en Espagne. Le gouvernement l’a créé en partant du principe que les propriétaires non-résidents profitent d’une manière ou d’une autre de la possession d’une maison de vacances en Espagne, même s’ils ne la louent pas.

Même si le propriétaire ne perçoit aucun revenu ou loyer de sa maison, celle-ci est taxée à hauteur de 1,1 % ou 2 % de bénéfice sur la valeur cadastrale de la propriété. Le montant de l’impôt varie selon que cette valeur cadastrale a été mise à jour (1,1 %) ou non (2 %). L’impôt est déclaré via le Modelo 210.

Impôt sur la fortune

L’impôt sur la fortune en Espagne est un impôt annuel sur la fortune dépassant un certain seuil que vous possédez en Espagne. Cela comprend votre propriété espagnole et d’autres actifs tels que de l’argent liquide, des voitures, des œuvres d’art, etc.

L’impôt est prélevé sur la valeur marchande de l’ensemble de votre patrimoine chaque année. Comme ce montant augmente chaque année, il en va de même pour les impôts dus au gouvernement espagnol. Vous devrez payer l’impôt sur la fortune lorsque votre patrimoine en Espagne sera supérieur à 700 000 euros.

Impôt foncier en Espagne pour les non-résidents

L’impôt foncier pour les résidents

Vous êtes soumis à l’impôt sur le revenu, à l’impôt sur les plus-values, à l’impôt foncier annuel et à l’impôt sur la fortune si vous êtes résident.

Impôt sur le revenu espagnol

Lorsque vous percevez un revenu locatif espagnol de votre ou vos propriétés en Espagne. Vous serez bien sûr obligé de payer des impôts. Les résidents d’Espagne devront toujours payer l’impôt sur les revenus locatifs en Espagne.

Le pourcentage à payer va de 15 % pour les personnes à faibles revenus à 30 ou 40 % pour celles qui ont des revenus élevés.

Lorsque vous louez votre propriété, vous devrez payer des impôts sur vos revenus locatifs, et cet impôt sur les revenus locatifs est appelé notionnel locatif.

Impôt foncier annuel

En Espagne, il existe un impôt annuel sur la propriété. L’impôt annuel sur la propriété est dérivé de la valeur cadastrale de la propriété. L’impôt s’appelle l’IBI, « Impuesto sobre Bienes Inmuebles ». L’impôt augmente chaque année en fonction de l’inflation.

Le taux d’imposition annuel est de 0,4 % à 1,4 % de la valeur cadastrale de la propriété. L’impôt annuel est fixé par la municipalité et peut varier beaucoup.

Impôt sur la fortune

En tant que résident en Espagne, vous devrez payer l’impôt sur la fortune sur votre patrimoine mondial. L’impôt sur la fortune est un impôt à taux progressif.

Vous devrez payer l’ISF sur la valeur des biens supérieurs à 700.000 euros, et vous n’aurez pas à payer l’ISF sur les premiers 300.000 euros de votre bien immobilier.

L’impôt sur la fortune est un impôt mis en place par les régions autonomes, et il diffère d’une région à l’autre.

L’impôt sur la fortune peut être complexe à payer, surtout pour les étrangers. Il est recommandé d’engager un comptable espagnol.

impôts fonciers en Espagne

L’impôt foncier lors de l’achat de nouvelles propriétés

Lorsque vous achetez une nouvelle propriété en Espagne, vous devez payer le Stamp Duty et la TVA.

Le droit de timbre

Le droit de timbre est une taxe que toute personne ou entité qui achète une nouvelle propriété doit payer. C’est le gouvernement espagnol qui fixe ce droit. Le droit de timbre est de 1,5% de la vente de la propriété, et ils sont facturés en plus du prix de la propriété.

TVA

En plus du droit de timbre, une taxe sur la valeur ajoutée (IVA en espagnol) de 10% est prélevée sur le prix d’achat. Bien que cela semble plus élevé que la taxe sur les biens de revente (ITP), cette taxe peut être déduite des autres dépenses lors de l’achat de biens dans le cadre d’une entreprise.

Actos Juridicos Documentados (AJD)

Le fameux impôt hypothécaire ou AJD (Actos Juridicos Documentados) est l’un des impôts que vous devez payer en Espagne. Cette taxe est connue pour varier selon les régions, avec un minimum de 1% et un maximum de 1,5%.

Le pourcentage est déterminé sur la base de la « Responsabilidad Hipotecario », qui signifie « responsabilité hypothécaire ». La responsabilité hypothécaire est ce que la banque devrait si la personne ne payait pas pendant une période donnée. Il s’agit d’une moyenne de ce que cela coûte s’ils vont au tribunal et de la somme dont la banque pourrait avoir besoin.

Cela équivaut généralement à entre 150 et 200 pour cent du montant de l’hypothèque.

taxe foncière en espagne

La taxe foncière en Espagne lors de l’achat de propriétés en revente

Lorsque vous achetez une propriété en revente en Espagne, il y a deux taxes que vous devez payer : l’ITP et l’AJD.

L’Impuesto de Transmisiones Patrimoniales (ITP)

Le seul impôt imposé sur la revente de biens immobiliers est l’impôt sur les transferts (Impuesto de Transmisiones Patrimoniales/ITP en espagnol). Les régions autonomes fixent l’ITP. Le montant dû est déterminé de manière dégressive en fonction du prix de la propriété. En général, l’ITP ajoute entre 8 et 11 % au coût d’achat d’une propriété.

Actos Juridicos Documentados (AJD)

Comme mentionné précédemment, vous devrez payer l’AJD, qui représente 1 à 1,5 % de la responsabilité hypothécaire.

Advertisement
Taxe foncière Espagne

Vendre une propriété en Espagne

Comme l’Agence fiscale espagnole (Hacienda) peut vérifier vos dossiers au moment de la vente d’une propriété, vous ne pouvez pas éviter de payer l’impôt foncier en Espagne.

Dépôt de 3 % pour l’impôt sur les plus-values

L’administration fiscale espagnole exigera un dépôt de 3 % dans les 3 mois suivant la vente. Ce dépôt est une garantie contre l’impôt sur les plus-values, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur la fortune des quatre années précédentes, ainsi qu’une garantie contre votre dette fiscale sur les plus-values. Lorsque vous avez payé vos impôts et que les 3 % n’étaient pas nécessaires, vous les récupérez lors de votre prochaine déclaration d’impôts en Espagne. Au moment de la vente, vous devrez présenter le contrat de vente afin de payer cet impôt foncier.

Impôt sur les gains en capital

Lors de la vente du bien immobilier, vous devrez payer l’impôt sur les gains en capital. L’impôt sur les plus-values pour les résidents est de :

  • 19% : pour les premiers 6.000€ obtenus comme bénéfice
  • 21% : De 6.000€ à 50.000€
  • 23% : A partir de 50.000€
  • 26% : A partir de 200.000 €

Frais

La plupart des frais associés à la vente d’une propriété en Espagne sont souvent payés par l’acheteur. Cependant, vous pouvez vous attendre à :

  • Frais d’agent immobilier (environ 4,5% du prix de vente)
  • Frais de transfert bancaire
  • Frais juridiques et financiers (environ 800 euros)

Taxe foncière en Espagne

Comment payer l’impôt foncier espagnol

Pour un non-résident, la meilleure solution est de payer l’impôt par prélèvement automatique. La banque vous fournira un formulaire autorisant la banque à payer l’impôt, et une copie du document sera déposée auprès de la mairie. Cela permettra de s’assurer que les taxes sont payées au bon moment, tout comme les autres factures de services publics qui vous appartiennent.

Vous recevrez une lettre de la municipalité concernant vos impôts locaux, tandis que votre impôt annuel sur le revenu doit être effectué sur votre déclaration annuelle d’impôt sur le revenu des personnes physiques.

Les autorités fiscales espagnoles sont strictes en ce qui concerne le paiement tardif des impôts, et tout retard entraînera des pénalités ou des amendes, qui peuvent être très coûteuses. À côté de cela, votre propriété doit être correctement enregistrée auprès des autorités fiscales espagnoles pour qu’elles ne prétendent pas que vous évitez également les impôts fonciers.

Questions fréquemment posées

Vous trouverez ci-dessous quelques questions fréquemment posées sur l’impôt foncier en Espagne.ert

Y a-t-il d’autres impôts auxquels je pourrais être confronté lors de la vente ou de l’achat d’une propriété ?

Oui, par exemple, vous pourriez rencontrer des droits de succession (droits de succession), une taxe municipale ou un autre impôt municipal. De nombreuses taxes sont impliquées dans l’achat et la vente de biens immobiliers en Espagne, et il est conseillé de faire appel à un conseiller fiscal pour traiter avec le système fiscal espagnol.

Pouvez-vous m’aider lorsque je veux acheter et louer des propriétés en Espagne?

Oui, nous proposons une large gamme de services pour les entreprises, tels que la création de sociétés, des services de comptabilité et des conseils pour l’achat de propriétés. Prenez contact avec notre équipe si vous avez besoin d’aide ou si vous avez des questions sur l’achat et la location de propriétés en Espagne.

Obtenez de l’aide pour vos impôts fonciers

Vous devez payer des impôts lorsque vous possédez une propriété en Espagne. Si vous voulez être parfaitement à jour dans le paiement de vos impôts, vous devriez engager un conseiller fiscal espagnol. En outre, il est également recommandé d’engager un avocat immobilier lors de l’achat d’une propriété en Espagne. Si vous voulez notre aide, vous pouvez nous contacter à contact@spaindesk.com.

Disclaimer: Les informations figurant sur cette page peuvent être incomplètes ou périmées. En aucun cas, les informations énumérées ne doivent être considérées comme des conseils juridiques professionnels. Nous vous recommandons vivement de demander conseil à un expert juridique si vous n’avez pas de connaissances approfondies ou d’expérience en ce qui concerne l’une des procédures décrites dans ces articles.

Faites vos impôts plus rapidement et plus efficacement avec nos services fiscaux en Espagne

.

Click on a star to rate this post

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?