Advertisement

Comme dans la plupart des économies développées, l’Espagne soutient son système de protection sociale et de services sociaux grâce aux impôts. Les résidents, non-résidents et citoyens espagnols bénéficient de nombreux programmes sociaux que les contribuables financent par le biais de divers impôts. Le système fiscal espagnol finance le système de santé et d’éducation, l’aide sociale aux personnes à faibles revenus, l’assurance chômage, communément appelée « indemnité de chômage », le système de retraite, la sécurité des citoyens et d’autres services publics.

Les taux d’imposition espagnols que les résidents et les non-résidents paient sont différents. Comprendre précisément la différence vous permettra de gérer plus efficacement votre épargne et vos revenus. Vous pouvez distinguer les impôts par les taxes directes et les taxes indirectes.

Les principaux impôts directs en Espagne sont:

L’impôt direct est un impôt sur le revenu ou sur la propriété payé directement au gouvernement par le contribuable. Parmi les impôts directs en Espagne, on trouve :

  • L’impôt sur le revenu des personnes physiques : l’impôt sur le revenu des personnes physiques est imposé sur la base du revenu du contribuable. Si vous êtes un non-résident fiscal, le gouvernement n’imposera que les revenus espagnols.
  • Impôt sur le revenu des sociétés (IS) : Les entreprises doivent payer un impôt sur le revenu des sociétés (une taxe professionnelle).
  • Impôt sur le patrimoine : Le bureau fiscal local espagnol prélève des impôts sur la fortune des personnes. Cependant, certaines régions autonomes du pays l’écartent complètement. Si le gouvernement taxe votre patrimoine, vous devez payer l’impôt sur vos actifs moins les dettes.
  • L’impôt sur les successions et les donations : Lorsqu’une succession se produit, et que vous recevez une somme d’argent, vous devrez payer des droits de succession sur ce revenu.

Les principaux impôts indirects en Espagne sont:

Un impôt indirect prélevé sur les transactions (ventes) de biens et de services. Parmi les impôts indirects en Espagne, on trouve :

  • Taxe sur la valeur ajoutée (IVA) : La taxe sur la valeur ajoutée est l’impôt indirect le plus important, et elle taxe la consommation de biens et de services par les particuliers et les entreprises. Elle est bien connue car elle nous affecte tous dans notre vie quotidienne, et elle est très peu aimée car elle rend les produits plus chers, ce qui nuit à la compétitivité du vendeur et au pouvoir d’achat de l’acheteur. Certains produits ont une IVA plus faible pour minimiser cet impact négatif, car ils sont considérés comme des produits essentiels. Il existe trois types d’IVA à 21 %, 10 % et 4 %.
  • Taxe sur les transmissions patrimoniales et les actes juridiques documentés (ITPAJD) : Trois groupes relèvent de ces impôts, à savoir les transferts d’actifs, les transactions de sociétés et les actes juridiques documentés. L’impôt sur les transmissions patrimoniales est lié à l’impôt sur les transferts de propriété (et constitue un type particulier d’IVA). L’impôt sur les actes juridiques documentés formalise certains documents notariés, commerciaux et administratifs. L’impôt sur les associations de sociétés est un impôt pour la constitution de sociétés.

Faites vos impôts plus rapidement et efficacement avec nos services fiscaux en Espagne

.

Etes-vous un résident fiscal ou un non-résident fiscal ?

Il est essentiel de déterminer si vous êtes résident fiscal ou non-résident en Espagne. Le fait que vous soyez résident fiscal ou non déterminera la hauteur des impôts que vous devrez payer.

Vous serez considéré comme un résident fiscal si vous remplissez l’une des trois conditions suivantes.

  • Lorsque vous êtes résident d’Espagne pendant plus de 183 jours par année civile, de janvier à décembre (les jours ne doivent pas être consécutifs pour compter).
  • Lorsque vous avez un lien professionnel dominant avec le pays, ce qui signifie que vous exercez un travail ou avez un emploi en Espagne. Ce scénario est typique de quelqu’un qui travaille pour une entreprise espagnole pendant une partie de l’année mais qui passe la plupart de son temps à voyager et à rencontrer des clients dans le monde entier.
  • Votre conjoint ou vos enfants résident en Espagne.

Cette distinction ne s’applique qu’aux questions fiscales et n’a rien à voir avec le permis de séjour, qui vous permet de résider légalement dans la nation. Cela implique que vous pouvez avoir un permis de séjour en Espagne, mais que vous pourriez être classé comme non-résident à des fins fiscales si vous ne remplissez pas les critères.

Impôts en Espagne et résidents en Espagne

Les impôts en Espagne pour les résidents et les non-résidents

Nous abordons ci-dessous les impôts que paient les résidents et les non-résidents.

L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF) pour les résidents fiscaux en Espagne

L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF) pour les résidents fiscaux espagnols, également connu sous le nom d’Impuesto sobre la Renta de las Personas Físicas (IRPF), porte généralement sur leur revenu mondial, quel que soit le lieu de gain. L’IRPF est un impôt progressif sur le revenu. Celui qui gagne plus paiera plus.

Le calcul de l’impôt sur le revenu pour les résidents fiscaux se fait avec le revenu général (Renta General) et le revenu de l’épargne (Renta del Ahorro). Le revenu personnel comprend :

  • Paie et les avantages sociaux.
  • Les gains sur les actifs via une autre partie, comme les gains de loterie.
  • Intérêts et autres revenus générés.
  • Dividendes et autres revenus provenant des investissements de l’entreprise.
  • Revenus générés par les opérations de capitalisation et les assurances vie et invalidité.
  • Gains en capital provenant de transferts d’actifs.

L’impôt progressif sur le revenu des résidents fiscaux en Espagne

Vous trouverez ci-dessous une idée de l’impôt progressif sur le revenu pour les résidents fiscaux en Espagne. Vous devez toujours calculer les taux réels de l’impôt sur le revenu des personnes physiques en regardant la région autonome d’Espagne où vous êtes résident fiscal.

Les tranches d’imposition sur le revenu diffèrent beaucoup dans les différentes régions autonomes. Par exemple, Madrid a un impôt sur le revenu inférieur à celui de la Catalogne.

L’impôt sur le revenu comporte des déductions.

L’impôt sur le revenu espagnol comporte plusieurs déductions. Ces déductions vous permettront de payer moins d’impôts sur le revenu en Espagne. Assurez-vous de savoir lesquelles de ces déductions s’appliquent à vous, et demandez l’aide d’un conseiller fiscal si vous n’êtes pas sûr. Ainsi, vous ne paierez pas plus d’impôt sur le revenu espagnol que nécessaire. Voici quelques-unes de ces allocations :

Un résident fiscal en Espagne bénéficiera d’un abattement en fonction de son âge. Cet abattement fiscal augmentera au fur et à mesure que les personnes vieillissent.

  • moins de 65 ans : €5,550
  • âge 65 : €6,700
  • âge 75 : €8,100

En outre, le résident fiscal bénéficie d’une déduction pour chaque enfant à charge. Si vous avez des enfants de moins de 25 ans qui vivent avec vous, vous pouvez demander un abattement supplémentaire de :

  • 2 400 € pour le premier enfant
  • 2 700 € pour le deuxième
  • 4 000 € pour le troisième
  • 4 500€ pour le quatrième
  • Une allocation supplémentaire de 2 800 € pour chaque enfant de moins de trois ans
  • .

Il existe également des déductions d’impôt sur le revenu en Espagne pour :

  • Les versements à la sécurité sociale espagnole et les pensions
  • .

  • Dons de charité
  • Certains coûts d’achat et de rénovation d’une maison
  • Les personnes à charge qui sont handicapées à un certain degré.

Il n’y a pas d’IRP sur les revenus salariaux perçus par des résidents fiscaux en Espagne mais qui exercent leurs activités professionnelles entièrement en dehors du pays. Toutefois, il existe une limite maximale de 60 100 euros. En général, vous pouvez l’appliquer si :

  • Le travail est effectué physiquement hors d’Espagne.
  • Le travail est effectué pour une société ou une entité espagnole non résidente.
  • Dans la nation où l’employé effectue le travail, un impôt similaire ou identique à l’IRP espagnol est utilisé. Le pays où les services sont rendus n’est pas un paradis fiscal. Il dispose d’un traité fiscal pour éviter la double imposition, avec une clause d’échange d’informations.

L’impôt sur le revenu en Espagne pour les non-résidents

De la même manière que la population résidente en Espagne est soumise à l’impôt sur le revenu des personnes physiques, les non-résidents doivent payer l’impôt sur le revenu des non-résidents, également connu sous le nom d’Impuesto sobre la Renta de No Residentes (IRNR). Cette déclaration, qui dépend du type de revenu et du pays de résidence, applique des taux d’imposition compris entre 19 % et 24 %. Sont concernés les revenus obtenus en Espagne par le biais d’activités économiques, les revenus du capital immobilier, la possession d’une seconde résidence et les pensions.

Dans certains cas, vous devez payer des impôts dérivés d’activités en Espagne et dans votre pays de résidence. L’Espagne a signé des conventions de double imposition avec plusieurs pays, dont la liste est publiée par l’Agence fiscale, et cette convention de double imposition déterminera où vous paierez vos impôts.

En plus de l’IRNR, les autres impôts pour les non-résidents peuvent être l’impôt sur les biens immobiliers (IBI), l’impôt sur les transmissions patrimoniales (ITP), et l’impôt sur la fortune (IP) des biens qui se trouvent en Espagne et dont la valeur est supérieure à 700 000 euros.

L’impôt des non-résidents sera dû si vous n’êtes pas un résident fiscal mais que vous possédez une propriété ou d’autres actifs en Espagne qui génèrent des revenus. Cet impôt des non-résidents porte sur vos biens et les entreprises dont vous êtes actionnaire.

Cet impôt espagnol sera prélevé à 24% si vous êtes un citoyen non européen et à 19% si vous êtes de l’Union européenne.

Impôts sur les revenus locatifs en Espagne

Impôts sur les revenus locatifs en Espagne

Si vous tirez profit de la location de propriétés en Espagne, vous devez payer des impôts sur ces revenus.

Les non-résidents sont soumis à l’impôt forfaitaire sur le revenu des non-résidents (IRNR, Impuesto sobre la Renta de personas No Residentes) qui est un taux d’imposition forfaitaire de 19 %. Si vous n’êtes pas originaire des pays de l’UE ou de l’EEE, le taux d’imposition forfaitaire est de 24 %.

Vous trouverez plus d’informations sur l’impôt sur le revenu locatif en Espagne dans notre article.
Impôt sur le patrimoine en Espagne

L’impôt sur la fortune en Espagne

L’impôt sur la fortune espagnol, souvent appelé « Impuesto sobre el Patrimonio », est un prélèvement annuel sur les personnes et les familles en Espagne qui possèdent des actifs importants.

L’impôt sur la fortune pour un résident fiscal en Espagne

L’impôt sur la fortune pour les résidents fiscaux en Espagne prend en compte tous les actifs de la personne, et vous pouvez le calculer en soustrayant les actifs d’une personne moins ses dettes. Les résidents fiscaux paieront généralement l’impôt sur la fortune en Espagne sur leurs actifs mondiaux.

En général, vous paierez des impôts sur le patrimoine évalué à plus de 700 000 €. Mais cela peut varier d’une région à l’autre. Par exemple, les résidents de Catalogne paieront un impôt sur les actifs supérieurs à 500 000 €, tandis que les habitants de Madrid ne paient pas du tout d’impôt sur la fortune.

L’impôt national progressif sur la fortune en Espagne

L’impôt national sur la fortune en Espagne est destiné aux résidents qui résident dans une région autonome n’ayant pas fixé de taux d’imposition sur la fortune, soit :

Base imposable (jusqu’à) Perte fiscale Excédent de la base imposable (jusqu’à) Taux d’imposition
0€ 0€ 12 450€ 19%
12 450€ 2 365,50€ 7 750€ 24%
20 200€ 4 225,50€ 15 000 € 30%
35 200€ 8 725,50€ 24 800€ 37%
60 000 € €17,901.50 240 000 € 45%
300 000 € €125,901.50 Remainder 47%

Déductions de l’impôt sur la fortune

  • Résidence principale en Espagne (jusqu’à 300 000 EURO)
  • Contenu général du foyer (à l’exception de tout élément énuméré ci-dessus)
  • Droits à la retraite
  • Une gamme de biens de petites entreprises et de participations dans des sociétés familiales
  • Des obligations d’assurance-vie

Impôt sur le patrimoine pour les non-résidents en Espagne

Si vous vivez en Espagne en tant que non-résident fiscal, vous paierez des impôts sur vos biens situés dans le pays et évalués à plus de 700 000 €. Cela signifie que si tout le reste de vos biens se trouve en dehors de l’Espagne, ils ne sont pas soumis à l’impôt sur la fortune.

Les non-résidents paient l’impôt sur la fortune au niveau national. Les taux de l’impôt sur la fortune des non-résidents ont augmenté depuis les années précédentes, allant de 0,2 % à 3,5 %. La tranche d’imposition supérieure commence à environ 10 millions d’euros.

Consultez notre article sur l’impôt sur la fortune espagnol si vous souhaitez en savoir plus. Nous pouvons également répondre à vos questions sur l’impôt sur la fortune espagnol par le biais d’une consultation.

Impôts sur les successions en Espagne

L’impôt sur les successions et les donations en Espagne

Lorsqu’une succession se produit et que des personnes reçoivent une somme d’argent, cela est considéré par l’agence fiscale comme l’obtention d’un revenu, ce qui correspond donc parfaitement à la dénomination des impôts directs. Le cas le plus courant dans lequel l’impôt sur les successions est appliqué est celui de la réception d’un héritage. Les points les plus importants sont :

  • Parce qu’il n’existe pas de concept de « succession » d’une personne en Espagne, tous les bénéficiaires doivent payer des droits de succession d’une manière ou d’une autre.
  • La loi espagnole sur l’héritage stipule que deux tiers de vos biens seront donnés à vos enfants automatiquement à votre décès.
  • Si les biens se trouvent hors d’Espagne et que le bénéficiaire n’est pas résident en Espagne, aucun impôt n’est applicable.
  • Il existe également des impôts locaux sur les successions, ainsi que des impôts d’État sur les successions. Si aucune directive régionale ne s’applique, le Code civil espagnol prévaut.

Retrouvez plus d’informations dans l’article sur les droits de succession en Espagne, ou contactez-nous pour obtenir des conseils sur mesure.

Taux de l’impôt sur les successions en Espagne

Base imposable Frais complet Base imposable Taux applicable
0,00 € 0,00 € 167.129,45 € 0,2 %
167.129,45 € 334,26 € 167.123,43 € 0,3 %
334.252,88 € 835,63 € 334.246,87 € 0,5 %
668.499,75 € 2.506,86 € 668.499,76 € 0,9 %
1.336.999,51 € 8.523,36 € 1.336.999,50 € 1,3 %
2.673.999,01 € 25.904,35 € 2.673.999,02 € 1,7 %
5.347.998,03 € 71.362,33 € 5.347.998,03 € 2,1 %
10.695.996,06 € 183.670,29 € Envers 3,5 %
Impôts sur les gains en capital en Espagne

L’impôt sur les gains en capital en Espagne

L’impôt sur les plus-values en Espagne est une taxe que les personnes doivent payer lorsqu’elles vendent, transfèrent ou rachètent tout type d’actif financier. En bref, l’impôt sur les plus-values est payé par toute personne qui vend un bien immobilier dans un but lucratif. L’impôt sur les plus-values s’applique si vous vendez un investissement à un prix plus élevé que celui auquel vous l’avez acheté à l’origine.

Actifs soumis à l’impôt sur les plus-values

Cet impôt n’est pas prélevé uniquement sur la vente de biens immobiliers, car il peut également s’appliquer à la vente d’actifs financiers. Les autres éléments qui sont inclus sont :

  • Actions
  • Collectables
  • Obligations
  • Bâtiments, terrains, maisons et appartements
  • Métaux précieux, bijoux

Maintenant que vous savez pour quels actifs vous devez payer l’impôt sur les plus-values, examinons le taux.

L’impôt sur les plus-values pour les résidents

Selon la législation fiscale espagnole, si vous êtes résident, vous vous voyez appliquer un barème compris entre 19 % et 23 % et vous pouvez bénéficier d’un allègement fiscal si vous avez vécu dans le bien pendant au moins trois ans avant de le vendre. Vous paierez :

  • 19% pour les premiers 6.000€ obtenus comme bénéfice.
  • 21% entre les bénéfices de 6.000€ à 50.000€.
  • 23% sur vos bénéfices qui sont de 50.000€ et plus.

Impôt sur les plus-values pour les non-résidents

Vous paierez l’impôt sur les plus-values sur le revenu de la vente de votre propriété. L’impôt sur les plus-values pour les non-résidents des pays de l’UE/EEE est de 19 %, pour les non-résidents des autres nations, il est de 24 %.

Il n’y a pas d’exonération pour les non-résidents, sauf une. Les non-résidents d’Espagne peuvent bénéficier d’une exonération de l’impôt sur les plus-values s’ils résident légalement dans une autre nation de l’Union européenne ayant conclu un accord fiscal avec l’Espagne. Ils en bénéficieront également s’ils remplissent la condition d’exemption pour résidence principale.

Si vous souhaitez obtenir de l’aide concernant vos impôts lors de la vente d’un bien immobilier, notre article l’impôt sur les plus-values en Espagne peut vous y aider. En outre, vous pouvez nous contacter pour obtenir des conseils juridiques sur mesure lors de l’achat ou de la vente d’une propriété en Espagne.

Taxe de transfert de propriété

Il existe une variété de taxes sur les propriétés lors de l’achat d’une propriété en Espagne. La taxe de transfert de propriété en Espagne est une taxe imposée à toute personne qui achète une propriété à une autre personne en Espagne. Le taux varie d’une région autonome à une autre.

Un impôt sur le transfert de propriété doit être payé si la maison est considérée comme un deuxième transfert ou un transfert ultérieur en Espagne. Dans le cas d’une nouvelle maison, vous n’avez pas à payer de taxe de transfert. La taxe est généralement comprise entre 6 % et 10 %, et c’est généralement l’acheteur qui la paie. Il s’agit d’un remplacement de la TVA.

Il existe également un droit de timbre imposé par la région. Cette taxe est un pourcentage du prix d’achat, et vous devez la payer lorsque vous achetez un bien immobilier. Actuellement, le droit de timbre se situe entre 0,75 % et 1,5 %.
Taxes TVA en Espagne

Taxes sur la TVA en Espagne

La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ou impuesto sobre el valor añadido (IVA) est l’impôt indirect le plus courant. Elle taxe la consommation de biens et de services par les particuliers et les entreprises.

Elle est bien connue car elle nous affecte tous dans notre vie quotidienne, et elle est très peu aimée car elle rend les produits plus chers, ce qui nuit à la compétitivité du vendeur et au pouvoir d’achat de l’acheteur.

En général, l’IVA en Espagne est de 21%. Cependant, comme certains produits sont plus essentiels que d’autres, l’Espagne a également des taux plus bas pour les produits essentiels qui sont de 10% et 4%.

  • Général : 21% sur les biens et services généraux
  • Reducido : 10% sur des articles tels que les fournitures agricoles, l’eau minérale, la limonade, les jus de fruits, le transport de passagers, les services d’hôtellerie et de restauration, et similaires.
  • Super Reducido : 4% sur des articles tels que les aliments essentiels, les médicaments, les services de soins, les livres, les magazines, les journaux.

Dans notre article consacré à la TVA en Espagne, nous discutons davantage de la façon de calculer la TVA, des règles entourant la TVA et des remboursements de TVA.
Impôts sur le revenu des sociétés en Espagne

L’impôt sur le revenu des sociétés en Espagne

L’impôt général sur le revenu des sociétés en Espagne est de 25%. Pendant les deux premières années d’activité, le taux pour les entreprises nouvellement constituées est de 15 %. L’entité la plus courante est la société anonyme (SL). Il existe quelques exemptions pour certaines entreprises :

  • Les organismes de placement collectif cotés en bourse, y compris les fonds de placement immobilier, ont un taux d’imposition des sociétés de 1 %.
  • Certaines coopératives auront un taux d’imposition des sociétés de 20%.
  • Les sociétés de recherche et d’activités pétrolières et gazières auront un taux d’impôt sur les sociétés de 30%.
  • Les sociétés cotées en bourse pour l’investissement dans le marché immobilier auront un taux d’impôt sur les sociétés de 19%.

Nous fournissons plus d’informations dans notre article sur l’impôt sur les sociétés en Espagne.

Comment payer les impôts en Espagne

Pour payer les impôts, vous devez obtenir un NIE. Un numéro NIE est un Número de Identificación de Extranjero. Il s’agit d’un identifiant fiscal unique attribué aux ressortissants étrangers en Espagne. Vous pouvez obtenir ce numéro auprès du bureau local des étrangers (« Oficina de Extranjeros ») ou d’un poste de police. Vous devez le faire dans les 30 jours suivant votre arrivée en Espagne. Ensuite, pour déclarer votre obligation de payer l’impôt espagnol pour la première fois, vous devez remplir le formulaire 30 (Modelo 30). Lorsque vous avez votre NIE, vous pouvez vous inscrire auprès de l' »Agencia Tributaria », et commencer à déclarer vos impôts.

Règle fiscale spéciale pour les ex-patrons : La loi Beckham

Les personnes non résidentes en Espagne qui s’installent dans le pays et y acquièrent leur résidence fiscale deviennent des résidents à des fins fiscales. Toutefois, s’ils remplissent certaines conditions, il existe un régime fiscal spécial dont ils peuvent bénéficier, connu sous le nom de ‘Loi Beckham‘ ou ‘Clause Beckham’.

Ce régime spécifique permet à ces résidents à des fins fiscales de payer des impôts selon les règles des non-résidents pendant leurs six premières années. En pratique, cela signifie payer un taux fixe de 24% au lieu d’un taux progressif qui peut aller jusqu’à 45% s’il dépasse 600 000 euros par an.

La « loi Beckham », dont la déduction fiscale peut également s’appliquer aux administrateurs de sociétés constituées en Espagne qui ne possèdent pas plus de 25 % de la société, est généralement utilisée « pour les employés qui s’installent en Espagne dans le cadre d’un nouveau contrat de travail ou avec un contrat déjà existant. »

Bien que la loi Beckham soit la voie la plus couramment utilisée pour économiser des impôts, une autre alternative peut vous aider à devenir un non-résident à des fins fiscales. Il peut s’agir de la bonne stratégie si vous ne remplissez pas les conditions du régime Beckham. Nous faisons référence aux cas où votre employeur ne se trouve pas en Espagne, mais où vous vivez en permanence sur le territoire espagnol en tant qu’étranger.

Exonération fiscale Beckham en Espagne

Traités espagnols de double imposition

L’Espagne a signé des traités avec une centaine de pays pour éviter la double imposition. Ces conventions ont pour but d’empêcher les deux pays d’imposer vos revenus ou vos gains en capital. Vous pouvez demander un crédit sur votre impôt espagnol pour les impôts payés à l’étranger.

Il existe de nombreux cas dans lesquels les particuliers ne doivent pas payer d’impôt sur leurs revenus gagnés à l’étranger, et il suffit de remplir certaines conditions. Lorsque les conditions sont remplies, l’impôt étranger payé sur des revenus non imposables en Espagne peut être crédité sur l’impôt espagnol.

Par exemple, supposons que vous êtes un citoyen américain et que vous payez l’impôt américain sur vos revenus mondiaux, y compris les intérêts perçus sur les investissements réalisés avec votre épargne pendant que vous vivez en Espagne. Dans ce cas, vous pouvez demander un crédit pour les impôts américains payés contre toute dette espagnole éventuelle. Le crédit d’impôt espagnol est généralement limité au montant de l’impôt espagnol dû sur le revenu total imposable d’un individu. Pour que cette règle fonctionne, vous devez être un non-résident à des fins fiscales.

En plus de ce qui précède, les ressortissants de certains pays signent des accords spéciaux avec l’Espagne pour bénéficier d’une réduction spéciale de leurs impôts espagnols.

Remboursement d’impôts

La façon d’obtenir votre remboursement d’impôt dépend du type de statut résidentiel que vous avez.

Résident fiscal:

Les résidents fiscaux peuvent obtenir un remboursement d’impôt en remplissant leur déclaration annuelle de revenus.

Personnes non résidentes:

Les non-résidents peuvent se faire rembourser les impôts payés en Espagne. Pour ce faire, ils doivent remplir une déclaration d’impôts et satisfaire à certaines exigences.

Vous voulez faire appel à un service professionnel de dégrèvement d’impôts?

Vous savez maintenant quels sont les impôts centraux payés en Espagne, qu’ils soient directs ou indirects. Si vous envisagez de démarrer une entreprise ou si vous en avez déjà une, il est fort probable que vous n’optimisiez pas vos impôts au maximum et que vous payiez davantage. Consultez donc un service de comptabilité en Espagne, et envisagez Spain Desk. Ici, vous pouvez obtenir des conseils de professionnels et optimiser vos impôts en Espagne.

Pour plus d’informations sur le système fiscal espagnol, vous pouvez visiter le Ministère des finances et de l’administration publique.

Disclaimer: Les informations contenues dans cette page peuvent être incomplètes ou périmées. En aucun cas, les informations énumérées ne doivent être considérées comme des conseils juridiques professionnels. Nous vous recommandons vivement de demander conseil à un expert juridique si vous n’avez pas de connaissances approfondies ou d’expérience dans le traitement de l’une des procédures décrites dans ces articles.

Faites vos impôts plus rapidement et plus efficacement avec nos services fiscaux en Espagne

.

Click on a star to rate this post

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Héritage Pourcentage
Jusqu’à 7 993 €: 7,65%
7 993€ – 31 956€ 7,65 à 10,2%
31 956 € – 79 881 € 10.2 à 15.3%
79 881 € – 239 389 € 15,3 à 21,25%
239 389 € – 398 778 € 25,5%
398 778 € – 797 555 € 29.75%
€797,555+ 34%